30 et 31 janvier :
Manifestations « Marchons Enfants » partout en France contre la PMA sans père, la GPA et le projet de loi bioéthique

Le mouvement social associatif unitaire mobilisé sous le label « Marchons Enfants » dénonce l’irresponsabilité du gouvernement qui impose l’examen du projet de loi « bioéthique » en 2nde lecture au Sénat à partir de la mi-janvier alors même que la crise sanitaire est responsable d’une vie démocratique fortement dégradée et qu’un 3e confinement se profile.

Alors qu’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, vient de laisser entendre qu’un 3e confinement est sérieusement envisagé à la rentrée, l’heure est-elle vraiment à la poursuite de l’examen du projet de loi « bioéthique » ? Ce calendrier a été connu le 15 décembre, alors que les Français avaient évidemment la tête à la mise en place du couvre-feu et à l’organisation de vacances de Noël particulières et atypiques. Comment justifier de l’urgence ou de la priorité à accorder à ce projet de loi qui n’est ni bio, ni éthique ? La gêne de l’Exécutif est évidente : pas un mot du Président de la République sur ce sujet, ni du Premier ministre, ni d’aucun des membres du gouvernement.

Un mépris du Sénat et du débat parlementaire ?
Le processus législatif a pour but de construire dans le temps un texte prenant en compte les enrichissements des députés et sénateurs. Mais pour Emmanuel Macron et Jean Castex, la 2nde lecture du texte au Sénat ne mérite même pas un ministre disponible à 100%. Car qui peut imaginer qu’Olivier Véran, en première ligne sur ce projet de loi, pourra assurer un suivi sérieux des amendements et des débats alors même qu’il doit gérer une crise sanitaire qui n’en finit pas ? Pour l’Exécutif, peu importe le texte qui sera voté par les sénateurs parce qu’il compte sur leur majorité à l’Assemblée nationale. Vision inquiétante de la démocratie et du débat parlementaire, et surtout méprisante pour les sénateurs.

Vers une réécriture en profondeur du texte
Comme ils l’avaient fait en 1ère lecture, les sénateurs devraient réécrire le texte adopté en catimini par les députés au cœur de l’été. L’enjeu est même d’aller plus loin en supprimant la PMA sans motif médical et effaçant le père. Le respect de la finalité de la médecine comme celui de l’intérêt supérieur de l’enfant conduisent à confirmer le bien-fondé de l’encadrement actuel de l’accès à la PMA.

Mobilisation générale partout en France les 30 et 31 janvier
Malgré un contexte sanitaire qui met notre système de santé en tension, qui met en péril grave l’économie et qui génère une vie démocratique fortement dégradée, le gouvernement veut avancer sur un projet de loi complexe et clivant, inutile et dangereux. Mais l’impossibilité d’organiser de grandes manifestations nationales n’empêchera pas de le dénoncer dans la rue, comme le 10 octobre dernier où plus de 60 manifestations avaient eu lieu partout en France, rassemblant des dizaines de milliers de personnes.

Et quel que soit leur avis sur le projet de loi, les Français sont invités à dénoncer ce calendrier inacceptable et irresponsable, et ce d’autant plus que les restrictions des libertés fondamentales se multiplient : libertés de déplacement, d’éducation, d’enseignement, de la presse, de culte… Depuis quelques mois, la tendance est inquiétante.

Avancer en douce sur ce texte qui divise laisse inévitablement penser aux Français que l’Exécutif profite du contexte et réduit d’autant plus volontiers les libertés fondamentales. De fait, c’est contre le projet de loi « bioéthique » que les plus importantes manifestations ont eu lieu à Paris depuis le début du quinquennat, selon Occurrence, le célèbre cabinet « indépendant », déclaré « expert » en comptage de manifestants.

Trouvez la manifestation la plus proche de chez vous

NON À LA PMA SANS PÈRE ET À LA GPA

RIEN N’EST JOUÉ ! TOUT EST ENCORE POSSIBLE !

Malgré l’extrême gravité de la crise sanitaire, économique et social, Emmanuel Macron a décidé de faire examiner maintenant le projet de loi bioéthique au Sénat. Ce texte sociétal vise notamment à légaliser et rembourser la PMA sans père, et sans motif médical, et à faciliter le recours à des mères porteuses ; à autoriser la création d’embryons humains génétiquement modifiés, de chimères (embryons homme-animal) et légaliser l’interruption de grossesse jusqu’à 9 mois.

Emmanuel Macron profite des restrictions des libertés publiques et du contexte d’une vie démocratique dégradée pour faire passer une loi sociétale qu’il sait contestée et qui divise les Français.

La France compte déjà plus de 67.000 morts du COVID et 2,7 millions de Français testés positifs. Au 1er trimestre 2021, et pendant plusieurs semaines, Olivier Véran, le ministre de la Santé, se consacrera-t-il à 100% à la sortie de l’épidémie ou sera-t-il aux abonnés absents, trop occupé par les débats sur le projet de loi bioéthique au Sénat ?

Emmanuel Macron veut-il vraiment sauver les emplois et relancer l’économie le plus vite possible ou satisfaire la revendication d’une ultra-minorité avec la PMA pour les femmes seules et les couples de femmes, qui fait sciemment des orphelins de père ?

La priorité d’Emmanuel Macron est-elle de donner des moyens au système de santé ou de financer la PMA sans motif médical ? Sa priorité est-elle l’urgence écologique ou la sur-technicisation de la procréation pour des personnes fécondes ?

Emmanuel Macron profite du contexte sanitaire pour faire avancer en catimini ce projet de loi : soyons au rendez-vous pour dire NON !

Cette provocation scandaleuse est la goutte d’eau qui fait déborder le vase !

POUR LE RETRAIT DU PROJET DE LOI « BIOETHIQUE » MANIFESTATIONS PARTOUT EN FRANCE 30 et 31 JANVIER

Devenir volontaire

Les actions de « Marchons Enfants ! »

 

  • 6 octobre 2019 : 600.000 personnes manifestent à Paris du Sénat à Montparnasse – Voir les images
  • 30 novembre et 1er décembre 2019 : près de 600 piquets de mobilisation, partout en France, pour sensibiliser, dialoguer avec les Français de tous horizons. 
  • 19 janvier 2020 : plusieurs centaines de milliers de personnes manifestant à Paris et envahissent les quais de Seine, les jardins du Louvre et l’avenue de l’Opéra – Voir les images
  • 21, 22, 23, 28, 29 janvier et 4 février : 6 soirées de mobilisation contre le projet de loi bioéthique, devant le Sénat – Voir les images
  • 8 mars 2020 : mobilisation de 100 Mariannes sur le Pont de la Concorde face à l’Assemblée nationale, événement réservé à la presse, pour défendre la dignité de la femme en dénonçant la GPA à l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes – Voir les images
  • 25 février et 3 mars 2020 : rassemblements pour la famille et pour l’enfant, sur les Champs-Elysées – Voir les images
  • 30 juin 2020 : Opération Mariannes devant l’Assemblée nationale réservée à la presse pour dénoncer les dérives de la 2e lecture par les députés du projet de loi bioéthique – Voir les images
  • 27 juillet 2020 : Action « Les Oubliés » devant l’Assemblée Nationale réservée à la presse pour dénoncer les dérives de la 2e lecture par les députés du projet de loi bioéthique – Voir les images

13h de France 2

27 juillet 2020

Action « Les Oubliés »

27 juillet 2020

Opérations Mariannes

30 juin 2020

AFP Vidéo – Mariannes

8 mars 2020

Devant le Sénat

4 février 2020

20h de TF1

19 janvier 2020

JT de M6

19 janvier 2020

20h de France 2

19 janvier 2020

Manif du 19 janvier

19 janvier 2020

Manif du 6 octobre

6 octobre 2019

JT de France 3

6 octobre 2019

20h de TF1

6 octobre 2019

Pour agir contre le projet de loi ni bio ni éthique, Marchons Enfants a besoin de votre soutien. Sans cela, rien ne serait possible ! Merci d’avance de votre générosité.